19 janvier 2019

Ma copine Soraya (Partie II)

Décidément toutes les situations s’accordent pour faire de cette journée la pire de ma vie. Mon ange gardien serait-il en congé ? Deux malheurs en une journée. Franchement c’en est trop. Faut pas exagérer chère nature.

Je compris au regard de ma mère qu’elle attendait une explication de ma part mais sentant ma tête accoucher d’une migraine je lui proposai de remettre la discussion à plus tard.

*

*  *

*

Ce matin-là,  j’espérais passer une bonne journée après cette exténuante semaine de classe. D’ailleurs, elle devait bien commencer dans la chambre de Soraya, cette chambre dans laquelle nous avons conjugué tant de fois le verbe aimer. Cette chambre dans laquelle nos corps ont si souvent joué la même partition à ces concerts de jouissance.

Je sentais mon cœur palpiter dans ma petite culotte à l’idée de ce moment que j’allais vivre dans les bras de ma copine. Je l’imaginais partir à la conquête de territoires non encore explorés de mon corps de jeune adolescente et y planter son drapeau de conquistador. Soraya était mon Christophe Colomb. J’avais envie qu’elle fasse exploser ma source d’eau vive comme elle seule sait le faire même dans les moments d’extrême sécheresse. J’étais prête à me donner complètement une fois de plus.

 

Dans le taxi qui m’emmenait chez elle, je repensais à ces moments que nous avions vécus ensemble pendant plus d’un an quand je sentis cette source chaude et abondante qui inonde généralement mes terres arides, couler entre mes montagnes. Je croisai mes jambes avant que l’envie ne me prenne de me caresser à l’arrière du taxi.

Mais dans la chambre de Soraya je tombai sur elle dans les bras d’une autre, en train de recevoir des caresses ne venant pas de moi.

*

*  *

*

«  J’attends tes explications maintenant jeune fille ; me lança ma mère apparemment énervée.

– Que veux-tu savoir d’autre maman ? Tu as tout lu. »

J’aurais pu faire la fille énervée que sa mère fouille dans ses affaires et l’accuser de ne pas respecter ma vie privée mais cela ne m’aurait pas aidé.

« Dis moi que ce que je viens de lire n’est qu’une histoire que tu as inventée.

-Ce serait un mensonge mère. »

Ce n’était pas nécessaire d’essayer de lui mentir car toute mon histoire avec Soraya était racontée dans les moindres détails dans mon journal. Dès les premières pages on pouvait lire ma description de nos nombreux petits moments à nous. A la première page, on pouvait lire ceci.

 

 A suivre …

Partagez

Commentaires

Al
Répondre

Très beau texte! J arrive pas à croire que ça fait déjà plus d’un an depuis la dernière partie. Ne nous fais pas trop attendre pour la suite. J’adore le sujet, c’est tabou dans notre société. Beaucoup plus de gens devraient en parler ça aiderait bien des gens qui vivent cette situation. J’ai hâte de savoir comment cette histoire se termine.

Alexandro Christi Nicolas
Répondre

Merci beaucoup frère ... En effet cela faisait longtemps même trop longtemps que je n'avais pas publié et cela m'avait manqué ... Je vais essayé d'être plus régulier désormais ... La suite arrive ...